La Sagesse du Photographe, Fouad Elkoury.

La Sagesse du Photographe, Fouad Elkoury.

« Lorsqu’on imagine la photographie comme un moyen de se retrancher dans un univers peuplé de personnages à la fois graves et drôles, la guerre, comme cadre principal n’est pas vraiment compatible avec la photo. Cette première expérience était loin de coller à mes attentes. Pourtant je m’y accrochais comme celui qui, à peine rencontre-t-il une personne dont il pressent qu’elle pourrait devenir amie, lui raconte des faits marquants de sa vie, sans se soucier de produire une continuité, espérant qu’avec le temps, elle replacera les premiers dans leur contexte pour se faire une idée plus cohérente de son interlocuteur. C’était l’état d’esprit dans lequel j’opérais au début de la guerre. Je laissais les images venir à moi sans me soucier de leur pertinence, remettant à des jours plus calmes le soin de les mettre bout à bout et de comprendre ce qu’elles signifiaient. »